Vent léger, cassoulet bien lourd
L’équipage d’Esprit de Corps IV n’a jamais de répit avec l’entraîneuse personnelle professionnelle Karen Marshall à bord. La relève du quart de nuit ne se fait jamais sans une séance de vingt minutes de push-ups, de squats et d’autres exercices de mise en forme, dont seul le barreur est dispensé. Une routine santé qui s’est révélée tout à fait justifiée en ce troisième jour de course, après que le capitaine Gilles Barbot ait voulu égayer les troupes en servant un repas typiquement français : du cassoulet. La mixture bien riche de fèves cuites dans le gras de canard et la saucisse a fortement rehaussé le moral du chef de bord et de son second, Maxime Grimard, compensant pour la déception des vents légers qui ont marqué la fin d’après midi. Avec le spinnaker surnommé Tour du Monde hissé en tête de mat, le Volvo Ocean Racer reprenait heureusement une allure plus que respectable au coucher du soleil, atteingnant des pointes de 12 à 13 noeuds. Mais l’équipière Marshall, elle, n’oubliera pas la lourdeur du repas de la veille dans la préparation de sa séance d’exercices du lever de soleil. La bouffe française en plein océan, ça se mérite !
-30-